Ce projet qui s’intègre à la contre-bande s’appuie sur une triple problématique :
>> Quelles évolutions des mobilités peut-on anticiper ou imaginer pour accompagner les processus de métropolisation aujourd’hui à l’oeuvre (Nantes-St-Nazaire, Nantes-Rennes, “Grand Ouest”...) et les nouvelles pratiques du territoire (décentrées, diffuses, souples...)?
>> Comment pourrait-on envisager de manière prospective et utopique l’évolution des mobilités dans des territoires périurbains aujourd’hui très fortement dépendants du transport motorisé individuel, alors que cette solution devient de moins en moins viable d’un point de vue écologique mais aussi économique?
>> Comment l’aéroport pourrait-il à la fois générer et encourager ses propres alternatives et s’ancrer profondément dans son territoire en lui offrant autre chose que de simples “compensations financières pour la gêne occasionnée” tout en le faisant entrer dans un champ “translocal”?
Le prétexte à ce projet utopique est d’explorer la manière dont le nouvel aéroport pourrait générer et diffuser de nouveaux services et usages de la mobilité dans les territoires périurbains et ruraux qui l’entourent, mais également dans un cadre qui le dépasse largement.
Le concept de “contrebande” est ici remobilisé de différentes manières, comme un outil permettant le décalage programmatique mais aussi des modes de conception spatiale, en misant sur l’import/export et l’hybridation de solutions d’origines variées, en se jouant de certaines normes et conventions, en s’amusant sur les frontières, qu’elles soient techniques et administratives (l’enceinte de l’aéroport), paysagères ou même sociales...

Voir tout le projet en PDF >>

Gaël Augustin /// augustusgaoul@free.fr