Nous construisons une critique du projet d'aéroport actuellement proposé dans l’enquête publique, d’où émergent plusieurs constats :
> L’implantation de l’aéroport et de la route qui l’accompagne (ainsi que de la ligne de TGV) crée une coupure franche entre des villages qui font aujourd’hui partie d’un même ensemble territorial.
> En dehors des terrains directement occupés par les infrastructures, celles-ci génèrent indirectement une importante superficie de terrains agricoles non pérennes, voués à une évolution en friche.
> La situation en impasse de l’aéroport en fait un lieu non traversé et non traversable, le plaçant de fait comme simple « satellite » de la ville-centre.
Ces constats nous permettent d’asseoir une proposition alternative, basée à la fois sur l’idée de minimiser l’impact non souhaitable de l’aéroport et de ses infrastructures sur le territoire, et également de renverser cette situation en impasse pour créer au contraire un réel carrefour, en incluant l’échelle locale : créer du lien entre l’infrastructure de l’aéroport et les communes alentours ainsi qu’entre les communes elles-mêmes. Nous répliquons ainsi un système en boucles tangentes, appuyé ici par l’idée de l’aérogare sans voiture qui nous autorise à envisager une multimodalité diffuse : tram-train, vélo, pousse-pousse, piéton, tgv, avion…